skip to Main Content

Comportement Éducation du Chien Bourg en Bresse Macon

Les signaux d’apaisement

Comportement Éducation du Chien Bourg en Bresse Macon

Les signaux d’apaisement sont des expressions comportementales canines qui ont pour but d’apaiser un individu (canin ou non) ainsi que le chien les produisant. Nous devons les premiers travaux d’observation à Turid Rugaas, éducatrice canine norvégienne, de renommée internationale et fondatrice de l’école du chiot Hagen Hundeskole.

Ces signaux sont très précieux mais souvent très subtils, beaucoup de maîtres ne vont pas les décrypter. Le chien qui communique en vain, peut alors perdre l’habitude de les utiliser.

Si nous passons outre ses avertissement de malaise nous poussons le chien dans ses retranchements :
– Comment va-t-il se défendre ?
– Choisira-t-il la fuite ou l’agression ?
…Dans les deux cas nous sommes tous perdants, la confiance n’est plus.

Souvent nous allons qualifier ces actions comme incompréhensibles, nous n’avons rien vu venir… et pourtant !

Quels sont ces signaux ?

– Détourner le regard, tourner la tête, le corps.
Parfois détourner le regard ne suffit pas… Sur cette photo, le Flat Coated (chien noir) arrive un peu trop franchement vers le York qui ressent cette approche comme menaçante.

– Bailler
C’est un signal très facilement identifiable, il nous est d’ailleurs souvent destiné. On visualise très bien le chien qui est en train de se faire disputer par son maître, bailler avec insistance …et le maître répondre « Tu vois, en plus il se fiche de moi ! »

– Utiliser la posture de l’appel au jeu
Voici la rencontre de deux chiennes, Totem (Rottweiler) et Dora (Croisée). Au début, Totem est arrivée très brutalement, sans détour, avec les poils hérissés. Dora a répondu en utilisant la posture de l’appel au jeu pour « détendre l’atmosphère »…et cela a marché, la preuve ci-dessous.

– Se coucher, s’asseoir, s’arrêter, ralentir ses mouvements
Dora a très bien réagit, elle a désamorcer une situation qui aurait peut être virée au conflit, Totem lui répond en se couchant.

– Se lécher la truffe, les babines
Cette petite Westie trouve ma présence très inconfortable à quelques pas seulement d’elle, la fixant avec mon appareil…

– Se gratter
C’est, avec le flairage, un comportement que l’on retrouve beaucoup pendant les cours d’éducation où l’état émotionnel du chien n’est pas pris en considération. Le chien essaie par tous les moyens d’apaiser son maître et parfois les éducateurs qui sont de plus en plus menaçants pour lui. Et pour cause ! Ces derniers sont persuadés que le chien refuse d’avancer en prétextant que cela gratte, qu’il y a des odeurs par terre… le cercle vicieux…

– Avancer en courbe, contourner le ou les individus
Les deux chiens de gauche sont en plein jeu, la Bouledogue est un peu tendue. Le jeune Border qui est à droite préfère contourner ses deux congénères, pour éviter un éventuel conflit.

– Cligner et/ou plisser les yeux
Ce Dalmatien était en box, nous étions une dizaine de personnes à discuter devant lui, notre présence a certainement été perçue comme une menace. Pendant tout le temps que nous étions devant lui (environ 5 min), il n’a pas plus ouvert les yeux, il n’a fait que tourner la tête. Au moment où nous sommes partis il s’est relevé.

– Uriner
Très utilisé pendant les rencontres entre congénères, certains chiens vont le faire aux quatre coins du terrain et c’est peu dire…

– Remuer la queue
Cela ne signifie pas toujours la joie ! Pendant les rencontres avec ses congénères, c’est un très bon indicateur pour le maître mais cela ne veut pas dire que le chien est aussi détendu que l’on imagine. Peut-être préférerait-il éviter seulement un conflit. Pour le chien d’en face, c’est un signal évident, qui débloque franchement certaines situations, d’où l’importance de ne pas leur écourter !

– Se coucher sur le dos
on l’observe beaucoup chez les chiots et les jeunes chiens, quelques gouttes d’urine peuvent être émises en même temps.

– S’interposer entre deux individus
Ce chat est arrivé dans la cour, les quatre chiots de droite ont commencé à le suivre doucement alors que le chiot de gauche était occupé à autre chose beaucoup plus loin. S’apercevant de l’agitation, ce dernier est arrivé à toute allure, la mère a préféré intervenir en s’interposant entre lui est le chat.

– Flairer au sol
Le chien fait mine de flairer mais ne perd pas une seule seconde de ce qui se passe à côté de lui. Souvent le chien d’en face imite ce comportement.

Nous pouvons aider un chien a retrouver la capacité de communiquer par ces signaux d’apaisement en lui présentant des congénères, qui eux, les utilisent très facilement et de façon appropriée. Il suffira alors de récompenser l’élève à la moindre ébauche d’une de ces expressions. Lorsque l’on perçoit chez un chien un inconfort face à notre présence ou même une situation, nous pouvons utiliser certains de ces signaux pour l’aider à se détendre.

Pensez y la prochaine fois que vous serez dans la salle d’attente chez le vétérinaire, baillez, humectez vous les lèvres, clignez des yeux… Vous serez peut être surpris de voir votre chien ralentir sa respiration, s’asseoir puis, un peu rassuré, se lécher les babines pour finalement se coucher.

Je ne compte pas les fois où des propriétaires de chiens m’ont dit « c’est fou, avec vous il ne jappe pas ! Il reste calme ! » Certains pense qu’il s’ait d’un don… et non ! C’est seulement que je ne me prive pas de cet outil tellement efficace. Bailler, se tourner, regarder ailleurs, faire semblant de s’intéresser à sa poche de manteau bref… Attendre que le chien se sente à l’aise en notre présence…

Sandrine VERNEAUT

Back To Top